Proverbes : andevon-drazana

Proverbe4925 Ny anankiray natao hoe "n>andevo namidy "; ny anankiray natao hoe "nifindra fihinana "; ary ny anankiray natao hoe "andevo tsy fiompy"; ary ny anankiray natao hoe "andevon-drazana ". [Houlder 1895]
Traduction française L’un s’appelait un "esclave vendu" (on n’avait plus de droits sur lui); d’un autre on disait qu’il avait seulement "changé de table" (ayant été vendu à un ami); un troisième était un esclave que "l’on ne garde pas" (étant de trop mauvais caractère); enfin, un quatrième était "un esclave hérité des ancêtres" (c' était le meilleur, il faisait presque partie de la famille, ses parents y ayant été avant lui). [Houlder 1895]

Proverbe7452 Tsy atakalo , tsy amidy resy , toa zana- drazana. [Rinara 1974 #4480]
Tsy atakalo , tsy amidy resy , toy ny andevon-drazana . [Houlder 1895 #1556, Veyrières 1913 #594, Cousins 1871 #3338]
Traduction française C'est comme les esclaves de la famille : on ne les change pas, on ne les vend pas. [Veyrières 1913 #594]
Qu' on ne veut ni échanger ni vendre à perte, comme un esclave hérité. [Houlder 1895]
Interprétation française Il faut garder précieusement ce que les ancêtres ont laissé, et aussi amasser en vue de l' avenir. [Veyrières 1913 #594]
Un esclave né et élevé dans la famille était beaucoup plus apprécié qu' un esclave acheté. [Houlder 1895]

Index