Index

Proverbes : mamoaka

Proverbe Maloiloim-pihavanana va hianao? [Houlder 1895 #170]
Maloiloim-pihavanana va hianao, no mamoaka teny ratsy aman-kavana. [Veyrières 1913 #4870, Cousins 1871 #1463]
Maloiloim-pihavanana ve hianao no mamoaka vava ratsy aman-kavana? [Rinara 1974 #1937]
Traduction française En avez-vous assez de l' amitié? [Houlder 1895]
Vous êtes donc dégoûté de votre parenté que vous la dénigrez ! [Veyrières 1913 #4870]
Interprétation française Se disait de ceux qui parlaient mal de leurs parents, amis ou associés. [Veyrières 1913 #4870]

Proverbe Mamoaka omby tokana : vao isa dia tapitia. [Rinara 1974 #1951]

Proverbe Mamoaka omby zato, miandry omby arivo, ka ny mania no betsaka. [Rinara 1974 #1952]
Mamoaka omby zato, miandry omby arivo, ka tsy ilaozan’ izay hafa soratra. [Veyrières 1913 #2201, Cousins 1871]
Mamoaka omby zato, miandry omby arivo : ny mania no be noho ny tonga ; mitari-drano an-kilahila : ny mitobaka no be noho ny mizotra. [Veyrières 1913 #3349, Cousins 1871 #1478]
Mamoaka omby zato, miandry ondry arivo: ny mania no be noho ny tonga. [Houlder 1895 #1206]
Miandry ondry zato, miambina omby arivo, ka tsy ilaozan' izay mania. [Houlder 1895 #149, Veyrières 1913 #1656]
Miandry ondry zato, miandry omby arivo, ka tsy ilazaon' izay hania. [Rinara 1974 #146]
Traduction française Conduire cent bœufs, faire paître mille moutons: ceux qui errent à droite et à gauche sont plus nombreux que ceux qui arrivent tout droit. [Houlder 1895]
Garder cent moutons, faire paître mille boeufs, il y en a toujours qui s' égarent. [Veyrières 1913 #1656]
Quand on fait sortir du parc cent boeufs, quand on fait paître mille boeufs, dans un tel nombre il ne manquera pas de boeufs de couleurs diverses. [Veyrières 1913]
Quand on fait sortir du parc cent boeufs, quand on garde mille boeufs, ceux qui s' égarent sont plus nombreux que ceux qui rentrent; quand on canalise l' eau pour la conduire sur le versant d' une colline, il s' en perd plus qu' il n' en arrive par la conduite. [Veyrières 1913]
Quand on garde cent moutons et qu' on fait paître mille bœufs, il y en a toujours qui s' égarent. [Houlder 1895]
Interprétation française Ce proverbe se disait de la variété qui est inévitable ; autre sens : il est impossible qu' il n'y ait pas des méchants. [Veyrières 1913 #2201]
Ce proverbe s' emploie en parlant d' un travail ou d' une affaire difficiles. [Houlder 1895]
Se disait des biens qui se perdent en route, dans un procès, ou autrement. [Veyrières 1913 #3349]

Proverbe Tera-bary, ka samy mamoaka ny tao am-pony. [Cousins 1871 #3079]

Proverbe Tera-vary ny zaka : samy mamoaka ny an-kibony. [Samson 1965 #T63]

Proverbe Toy ny mamoaka omby tokana : vao mitehin-doha dia tapitra. [Houlder 1895 #1479, Veyrières 1913 #2253, Rinara 1974 #277, Cousins 1871 #3209]
Traduction française C' est comme celui qui fait sortir un seul boeuf : dès que la tête apparaît à la porte, le défilé est terminé. [Veyrières 1913]
Faire sortir un bœuf unique, et à peine commencé c' est déjà fini. [Houlder 1895]
Interprétation française Ce n' est pas comme lorsqu' il y a beaucoup de bœufs, car alors le défilé dure longtemps. [Houlder 1895]
Se disait des biens dont l'énumération est vite terminée ; quand un malheureux n' ayant qu' un boeuf, un esclave ou un enfant venait à le perdre, on lui disait ce proverbe comme paroles de condoléances. [Veyrières 1913]

Index