Entrée Lapan' ny tananan' Antananarivo (lapa, tanana, arivo)
Partie du discours nom propre (titre de poème)
Auteur Rado
Vocabulaire 
Tableaux et planches Tous les titres
Texte 
LAPAN’ NY TANANAN’ ANTANANARIVO HOTEL DE VILLE D' ANTANANARIVO
(Traduction libre sans rime)
Enin’ambitelopolo taona raha ny marina ka mba tsahivo 36 années déjà, il est bon de s’en souvenir
Tam’izay no kila sy may ‘lay Lapan’Antananarivo C’est à cette époque qu’un incendie ravagea l’Hôtel de ville
Ory ny fon’ny Vahoaka nahita an’ireo donan-tsetroka Les colonnes de fumée attristèrent le cœur du peuple
Any anatiny mangorohoro, te hitraotra ary koa semposempotra Envahi d’une rage contenue, au bord de l’asphyxie
Vetsovetson’ny fo tam’izay no sisa reko tey : Se demandant, dès lors, dans de profonds soupirs :
« Rahoviana vao mba hisy indray izay Lapa ho solon’ity ? ». « Quand donc cette bâtisse renaîtra-t-elle de ses cendres ? ».
Kinanjo fe ankehitriny, tsy nisy izay nanelingelina Et soudain, à présent, alors que nul ne s’y attendait
Nijoro ‘lay ANDRIN’Iarivo, nitsangana ilay RAJOELINA Le PILIER d’Antananarivo se dresse, le nommé RAJOELINA monte au créneau
Nampian’ireo mpanolotsaina, nitafy ny Fanantenana Epaulé de ses conseillers, tous revêtus de l’Espoir
Hanorina ilay vaovao, ho Lapan’izato Tanàna. Dans le but de reconstruire un nouvel Hôtel de ville.
Dia Lapan-Tanàna mijoro, voakajy sy manara-penitra Un hôtel de ville nouveau, aménagé pour répondre aux normes
Manaraka ny toetr’andro no tsara tarehy sady mendrika Correspondant aux technologies de ce troisième Millénaire
Ny asa rehetra avy ao dia ho fanasoavam-Bahoaka Destinées à améliorer le vécu au quotidien du peuple
Hitana ny marina hatrany, ho lavitr’izay « Ampamoaka » Ayant pour fer de lance la Vérité, loin de toute démagogie
Dia ho Lapan-Tanàna anehoana ny marina miharihary Un hôtel de ville, comparable à la Vérité sortant du puits
Ka ny fomba fiasa imasoana dia « Asa fa tsy mba Kabary ». Avec pour unique leitmotiv : acta non verba
Ny toerana hasiana aza indray no aoka asiam-pitenenana Parlons à présent du lieu de cette reconstruction :
Ka tena Kianja mitandro an’ilay Fandriampahalemana C’est un endroit privilégiant la Paix avec un grand « P »
Tsy Kianjan’ny Ramatahora na fidinana an-dalambe Pas une place de la répression ni celle des descentes dans la rue
Fa Kianjan’ny Fifankatiavana, ary izany no atao rehareha Mais une Place de l’Amour, pilier de notre fierté
Dia Kianjan’ny Firaisankina : ekena tsy misy fandavana Une Place de l’Unité, de l’Union sans commentaire aucun
Satria Malagasy miray tsy misy mifanavangavana. Parce que les Malagasy ne font qu’un sans nulle distinction.
Ka raha Teloambinifolon’ny Mey no lavenona ilay teo aloha Si un 13 Mai, l’ancien hôtel de ville a disparu dans des flammes
Dia Teloambinifolon’ny Mey no hajoro ialy Faharoa Ce sera un 13 mai que le second renaîtra de ses cendres
(Nota : cette pose avait été reportée pour le 17)
Ka ny Dinian’ny mpifankatia no Dina ifanaovana anio Aujourd’hui, c’est un serment de l’Amour que nous faisons ici
Tsy ho fihatsarambelatsihy fa tena amin’ny fo madio Exempt d’hypocrisie mais venant du plus profond du cœur
Ny tanjona hany hotratrarina no sady hiaraha-mitazana L’objectif que nous ne perdrons jamais de vue, et que nous atteindrons
Dia ny hasin’Antananarivo Renivohitr’ity Tanindrazana C’est de redorer le blason d’Antananarivo, Capitale de notre Mère Patrie
Andriamanitra Ray ao ambony anie hitahy an’ity fikasana Que Dieu le Père qui est aux Cieux bénisse ce projet
Hamita ary koa hampijoro ny Lapan’izato Tanàna ! Et que ce nouvel Hôtel de ville puisse réellement être érigé !
Rado, 10 Mey 2008 Jeannot Ramambazafy, 18 mai 2008
La Gazette de la Grande Ile, 1 décembre 2008

2018/12/01