Index

Proverbes : avo vava

Proverbe Aza manao gisalahy homan-ketsa, ka ny homana ny an' olona indray no avo feo. [Houlder 1895 #843]
Aza manao gisalahy homan-ketsa: ny homana ny an’ olona indray no avo feo. [Rinara 1974 #506, Cousins 1871 #453]
Gisalahy homan-ketsa ka izy mangalatra indray no avo feo. [Rinara 1974 #1227]
Gisalahy homan-ketsa ka izy mihinana indray no avo vava. [Rajemisa 1985]
Gisalahy homan-ketsa, ka ny homana ny an' olona indray no avo feo. [Veyrières 1913]
Gisalahy homan-ketsa, ka ny maka ny an’ ny olona indray no avo feo. [Nicol 1935 #151]
Gisalahy homan-ketsa ka ny maka ny an' olona indray no avo feo. [Cousins 1871 #997, Veyrières 1913, Rajemisa 1985]
Interprétation malgache Entimilaza ireo olona ratsy nefa be vava ka mova tsy ny mitolo-tena. [Rajemisa 1985]
Ilazana ny olona nanao ratsy na nangalatra ny an' ny hafa, nefa izy indray no be vava sy midrinkina. [Rajemisa 1985]
Ny mamo indray no miantso polisy. [Rajemisa 1985]
Traduction française Jars qui mange les semis de riz : lui qui mange le bien des autres, crie le plus fort. [Veyrières 1913 #4289]
Ne faites pas comme un jars qui mange des jeunes plants de riz: il jette de grands cris tout en mangeant ce qui n' est pas à lui. [Houlder 1895]
Une oie dans un champ de ketsa : elle est à voler et c’est encore elle qui pousse les hauts cris. [Nicol 1935 #151]
Interprétation française Ce proverbe se disait des gens qui prennent le bien des autres ou leur font du tort, et aussi de ceux qui ont le verbe haut. Il fait allusion à un conte où une femme crie après un jars qui dévaste son semis de riz ; le jars fait tant de bruit et de fracas que la femme finit par l' abandonner. [Veyrières 1913 #4289]
Et pourtant il n' a pas de quoi se vanter! [Houlder 1895]

Index