Proverbes : amboninjato

Proverbe343 Amboninjato be resaka ka tsy mahatratra ny olom-pehezina . [Rinara 1974]
Amboninjato be resaka , tsy mahatratra ny olom-pehezina . [Veyrières 1913 #611, Cousins 1871 #145]
Traduction française Centenier bavard : il n' atteint pas ses subordonnés. [Veyrières 1913 #611]
Interprétation française Se disait des gens bavards qui s'arrêtaient à causer et n' arrivaient qu' après le départ des personnes qu'ils devaient voir ; et en général de tous ceux qui perdaient leur temps à parler au lieu de travailler. [Veyrières 1913 #611]

Proverbe344 Amboninjato mitafy tohy loha : milaza , tsy mba inoana ; manontany , tsy mba valiana . [Veyrières 1913 #612]
Traduction française C' est un centenier vêtu d' un lamba rapiécé : s' il parle on ne le croit pas ; s' il interroge on ne lui répond pas. [Veyrières 1913 #612]
Interprétation française Se disait des chefs qui à cause de leur avarice n'avaient pas d' autorité, et de ceux qui devenus pauvres, perdaient leur autorité. [Veyrières 1913 #612]

Proverbe345 Amboninjato niongana ve no mitsara adin' akoho , sa governora reraka no mikiraro fatambary ? [Veyrières 1913 #2482]
Traduction française Est-ce un centenier destitué pour qu' il juge un combat de coqs, ou un gouverneur ruiné pour qu' il mette à ses pieds une petite mesure de riz en guise de soulier? [Veyrières 1913 #2482]
Interprétation française Se disait des gens déchus et ruinés. [Veyrières 1913 #2482]

Proverbe2418 Hitraka , tsy avelan' ny alahelo ; hiondrika , tsy avelan' ny voninahitra . [Houlder 1895 #997, Cousins 1871 #1078, Veyrières 1913, Nicol 1935]
Hitraka tsy avelan' ny alahelo , hiondrika tsy avelan' ny voninahitra , toy ny amboninjato mahantra . [Rinara 1974 #1345]
Traduction française Pour lever la tête, on est trop pauvre; et pour la baisser, on est trop fier. [Houlder 1895 #997]
Que la douleur empêche de lever la tête, mais que la dignité empêche de courber le front. [Nicol 1935 #347]
Si on veut relever la tête, la douleur ne le permet pas ; si on veut la baisser, c' est l'honneur qui s' y oppose. [Veyrières 1913 #2791]
Interprétation française Dans la maladie ou dans le deuil il faut garder une certaine force d'âme pour régler tout avec honneur. [Veyrières 1913 #2791]

Proverbe2782 Kabary misy hena ratsy , ka izay mahery vava ihany no amboninjato . [Houlder 1895 #1334]
Traduction française Une assemblée où il y a de la "mauvaise viande" : celui qui y parle le plus fort devient chef de cent (c.à.d. en aura la plus grosse part). [Houlder 1895]
Interprétation française Le mot "mauvaise viande" , qu'on pourrait aussi appeler "viande du malheur" , n' est pas de la viande de mauvaise qualité, mais désigne la viande distribuée à l' occasion des funérailles. Celui qui prend l' initiative de parler aux gens réunis dans ces occasions, pour les faire mettre en ordre, par exemple, devient l' objet de la considération générale, et on lui donne la meilleure part. [Houlder 1895]

Proverbe7036 Tia kely ohatra ny amboninjato malahelo . [Rinara 1974]
Tia kely, tahaka ny ambonin-jato malahelo. [Houlder 1895 #650]
Tia kely, tahaky ny amboninjato malahelo . [Veyrières 1913 #5411]
Traduction française Aimer les petits profits, comme le centenier de cent pauvres. [Veyrières 1913 #5411]
Qui aime les petits profits, comme le chef-de-cent pauvre. Ce fonctionnaire, comme bien d' autres, du reste, n' était pas payé sous l'ancien gouvernement malgache; il était donc obligé de vivre plus ou moins sur ses administrés. [Houlder 1895]
Interprétation française Il vit sur ses administrés. [Veyrières 1913 #5411]

Proverbe7116 Toy ny andevolahy miandry faty : izay mahery vava ihany no amboninjato . [Veyrières 1913 #593, Cousins 1871]
Toy ny andevolahy miandry faty, ka izay mahery vava no lohany . [Houlder 1895]
Toy ny ankizilahy miandry faty , ka izay be vava no lohany . [Rinara 1974 #4262]
Traduction française Esclaves qui veillent un mort : le plus fort en bouche est centenier. [Veyrières 1913 #593]
Semblables aux esclaves veillant un mort: c' est celui qui parle le plus qui est considéré comme chef. [Houlder 1895]
Interprétation française Les braillards l'emportent. [Veyrières 1913 #593]
Parce que chez les esclaves il n' y avait ni organisation ni hiérarchie. [Houlder 1895]

Index