Index

Proverbes : miaraka

Proverbe Aza manao toy ny tandindona: miaraka ihany, fa tsy azo ho namana. [Houlder 1895 #275]
Traduction française Ne faites pas comme l' ombre: elle vous suit toujours, mais ce n' est pas un compagnon. [Houlder 1895 #275]

Proverbe Fony tsimbotry niaraka ihany ka adrisa vao hifanary! [Rinara 1974 #1195]
Tsimbotry niaraka ihany ka adrisa vao hifanary? [Rajemisa 1985 #25]
Tsy mety raha fony tsimbotry niaraka ihany, ka adrisa vao hifanary. [Houlder 1895]
Tsy mety raha fony tsimbotry niara-nandady, ka rehefa adrisa dia hifandao. [Cousins 1871 #3412]
Tsy mety raha fony tsimbotry niara-nizehozeho, ka nony adrisa hifandao. [Rinara 1974 #4581]
Tsy mety raha tsimbotry niara-nandady, ka nony adrisa àry elatra kosa vao hifandao. [Rinara 1974 #4684]
Interprétation malgache Entina hilazana olona nifankatia sy nifanampy fony samy kely – amin' ny lafin-kevitra rehetra – nefa nony lehibe toy ny tsy mifankahalala intsony. [Rajemisa 1985 #989]
Fony samy madinika (oriory) nifankahalala tsara, ka nony mba manana ve dia mody tsy mahalala ny olona niara-niory tamin' ny tena? [Rajemisa 1985 #25]
Traduction française Il n' est pas bien de s' entendre quand on est petit pour se séparer (se rejeter) quand on est devenu grand. [Houlder 1895]
Interprétation française Le mot "tsimbotry" désigne la sauterelle "adrisa" quand elle est encore petite. [Houlder 1895]

Proverbe Izay miaraka amin' ny mpiasa dia mpiasa; izay miaraka amin' ny amboalambo dia amboalambo. [Rajemisa 1985 #62, Nicol 1935 #91]
Izay sakaizan' ny mpiasa dia mpiasa, ary izay sakaizan' ny amboalambo dia amboalambo. [Veyrières 1913 #5184]
Interprétation malgache Izay mitovitovy ihany no fatra-piaraka. [Rajemisa 1985 #62]
Traduction française Fréquenter un ouvrier, c’est être ouvrier, fréquenter un vagabond, c’est devenir vagabond. [Nicol 1935 #91]
Qui fréquente les gens honnêtes et laborieux est honnête et laborieux ; qui fréquente les mauvais sujets est mauvais sujet. [Veyrières 1913 #5184]
Interprétation française Analogue au français : dis-moi qui tu fréquentes et je te dirai qui tu es. [Veyrières 1913 #5184]

Proverbe Malahelo miresaka amy ny mpanan-karena : raha tonga mitaina hidin-trano. [Cousins 1871 #1450]
Malahelo miresaka amin' ny mpanan-karena : ka nony tonga mitain-kidin-trano. [Veyrières 1913]
Malahelo miresaka amin' ny mpanan-karena : raha tonga mitaina hidin-trano. [Veyrières 1913]
Malahelo mitafa amin' ny mpanan-karena: ka raha tonga mitain-kidin-trano. [Houlder 1895 #1450]
Malahelo mitafasiry amin' ny mpanana, ka raha tonga mitaina hidin-trano. [Rinara 1974 #1920]
Miara-mitafa amin' ny mpanan-karena, ka raha tonga mitain-kidin-trano. [Veyrières 1913]
Mitafa amin' ny mpanan-karena ka raha tonga mitain-kidin-trano. [Rajemisa 1985]
Interprétation malgache Izay mandany andro miresaka amin' ny mpanan-karena, dia ho lany ny efa kely eo an-tanany. [Rajemisa 1985]
Traduction française Pauvre qui bavarde avec les riches, quand il rentre chez lui, il est obligé pour faire sa cuisine, de brûler le bois qui lui sert à fermer la porte. [Veyrières 1913 #2529]
Pauvre qui cause avec les riches : quand il rentre chez lui, il est obligé pour faire sa cuisine, de brûler le bois qui lui sert à fermer la porte. [Veyrières 1913 #2517]
Un pauvre s' entretenant avec un riche: de retour chez lui, il brûle la fermeture de sa maison. [Houlder 1895]
Interprétation française A le voir causer avec l' autre, on ne le dirait pas pauvre; mais il l'est tellement que faute d' autre combustible, il est obligé de brûler le morceau de bois servant à fermer sa porte. [Houlder 1895]
Se disait des pauvres qui, au lieu de travailler et de faire leur provision de paille à brûler, perdaient leur temps à bavarder avec les riches. [Veyrières 1913 #2529]
Se disait des pauvres qui, au lieu de travailler, perdaient leur temps à bavarder avec les riches. [Veyrières 1913 #2517]

Proverbe Miaraka amin' ny ferena, ka ny tsara fanahy no maimbo. [Houlder 1895 #281]
Traduction française En allant avec quelqu' un couvert de plaies, les bons seront déshonorés (litt. puants). [Houlder 1895]

Proverbe Miaraka amin' ny mpanihika ka feno lanin-toho. [Houlder 1895 #2297]

Proverbe Miaraka efatra manaratsy dia, telo misy ambiny, ny tokana tsy ampy fa ny roa no tsara indrindra. [Rinara 1974]

Proverbe Mitafa amin' ny mpanana noho ny tena, ka mandre ny "izaho" miaraka aman-trerona! [Rinara 1974 #2429]

Proverbe Ny anaran' alika no miarak' adala ; fa ny olona tsy tokony hiarak' adala. [Houlder 1895 #1625, Veyrières 1913 #2100]
Ny anaran' alika no misy miarak' adala, ka tsy tokony hiaraka adala. [Rinara 1974 #2870]
Traduction française Les noms de chien son tous ensemble stupides; mais il ne faut pas que les gens soient tous ensemble stupides. [Houlder 1895 #1625]
Tous ensemble les noms de chiens sont stupides, mais il ne faut pas que les gens soient tous ensemble stupides. [Veyrières 1913 #2100]

Proverbe Raha tsy te-hiady aza hianao, tsy maintsy miady raha miaraka amin' Imahaly. [Veyrières 1913 #5670, Houlder 1895, Rinara 1974]
Traduction française Alors même que vous ne voulez pas vous battre, vous serez forcé de vous battre si vous allez avec Imahaly. [Veyrières 1913 #5670]
Quand même vous ne désirez pas vous battre, vous serez bien forcé de le faire si vous allez avec Imahaly. [Houlder 1895]
Interprétation française C'était un querelleur. [Veyrières 1913 #5670]

Proverbe Ranomaso miaraka amam-paty. [Veyrières 1913]
Traduction française Les larmes accompagnent le mort. [Veyrières 1913 #4156]
Interprétation française Pleurer un parent qui vient de mourir ; l' expression se disait aussi d' une chose faite à propos. [Veyrières 1913 #4156]

Proverbe Ranomaso tsy miaraka amam-paty. [Veyrières 1913 #4157, Rinara 1974 #3709, Cousins 1871 #2759]
Traduction française Ce sont des larmes versées après la mort. [Veyrières 1913 #4157]
Interprétation française Se disait des plaintes trop tardives et en général de ce qui arrive après coup. [Veyrières 1913 #4157]

Proverbe Sabakaka miaraka aman-tsahona, ka ny lehibe no adala. [Cousins 1871 #2811]
Saobakaka miaraka aman-tsahona ka ny lehibe indray no adala. [Rinara 1974 #3836]
Saobakaka miaraka aman-tsahona, ny lehibe no adala. [Veyrières 1913 #678]
Toy ny saobakaka miaraka aman-tsahona, ka ny lehibe no adala. [Houlder 1895]
Traduction française Comme un crapaud au milieu des grenouilles, c' est le plus grand qui est le plus bête. [Houlder 1895]
Lorsque les crapauds se mêlent aux grenouilles, ce sont les plus gros qui sont les imbéciles. [Veyrières 1913 #678]
Interprétation française Les grands et les chefs se dégradent en se mêlant aux gens de basse condition ; on se servait aussi de ce proverbe pour dire la responsabilité des chefs dans la mauvaise conduite et les sottises de leurs subordonnés. [Veyrières 1913 #678]
Parce que le crapaud est lourd d' apparence et ne coasse pas comme la grenouille. [Houlder 1895]

Proverbe Sofina miaraka amin-doha. [Veyrières 1913 #1713]
Tandroka miaraka aman-tsofina. [Veyrières 1913 #1713, Rinara 1974 #4036]
Toy ny tandroka miaraka aman-tsofina. [Houlder 1895 #2249, Veyrières 1913 #3371, Rinara 1974 #4330, Cousins 1871 #3230]
Traduction française Ce sont des cornes poussant avec les oreilles. [Veyrières 1913 #1713]
Comme les cornes qui accompagnent toujours les oreilles. [Houlder 1895 #2249]
Les cornes du boeuf suivent ses oreilles et les protègent. [Veyrières 1913]
Interprétation française Ce proverbe se disait d' une chose qui a toujours existé ; il se disait des témoins qui dans une affaire ou procès accompagnent et protègent, et ainsi assurent le contrat. [Veyrières 1913 #3371]
Cette expression dont la première forme était usitée chez les Hova, et la seconde chez les Betsimisaraka, se disait des contemporains, des gens du même âge ; elle se disait aussi des personnes ou des événements dont on garde le souvenir. [Veyrières 1913 #1713]

Proverbe Voron-dolo miaraka amin’ akoho : mialà fa tsy havanay. [Samson 1965 #V99]

Proverbe Zaza kamboty miaraka an' efitra, tsipoy mifamelona. [Veyrières 1913 #3189]
Traduction française Orphelins qui voyagent ensemble dans le désert : ils sont comme les perdrix qui vont par groupes et s' aident pour la nourriture. [Veyrières 1913 #3189]
Interprétation française Se disait parfois des héritages qui restent dans la famille ; se disait aussi des enfants peu aisés qui se viennent mutuellement en aide. [Veyrières 1913 #3189]

Index